Blog de chroniques littéraires

Archives d’Auteur

Les enfants du volcan de Bernard Simonay

Les enfants du volcan

Editions France Loisirs

2008, 526 p.

Synopsis :

Noï-Rah, dont le nom signifie «Celle qui apporte la lumière», a dix ans et vit dans un village de pasteurs agriculteurs. A sa naissance, une prophétie a prédit qu’elle apporterait de profonds bouleversements dans l’existence des siens. Enlevée par les Korghs, les habitants du «pays inquiétant où les montagnes crachent le feu», elle va vivre de multiples aventures, affronter des ennemis impitoyables acharnés à sa perte, mais aussi rencontrer l’amour et la passion. Son intelligence lui permettra de faire d’extraordinaires découvertes, comme l’écriture. Son courage la poussera à prendre la défense des plus faibles face à la brutalité du terrible Rogh, le chef de la tribu des chasseurs. Mais, surtout, un lien étrange la reliera à un volcan, l’impressionnant Pa’hav, dont tous redoutent les colères. Cette relation singulière fera d’elle une femme hors du commun, appelée à devenir la mère d’une nation… Bernard Simonay met tout son talent de conteur au service de ce fascinant roman qui se déroule au pied de la chaîne des volcans d’Auvergne. Une plongée grandiose au coeur du néolithique.

Mon avis :

J’ai découvert cet auteur à travers ce roman et je n’en suis pas peu déçue. En effet, on évoque ici une période historique peu souvent évoquée dans le monde de la littérature : l’époque des premiers hommes.

On va y suivre Noï-Rah, une héroïne pour le moins fort charismatique. Elle devra faire face à une prophétie dont elle fait l’objet depuis sa naissance, ce qui créera des tensions au sein de son peuple.  Malgré les craintes et les menaces de différents personnages, notre héroïne devra prouver sa valeur à maintes reprises et subir l’humiliation et le déshonneur.

J’ai trouvé que les personnages avaient tous un caractère bien construits, ce qui est très appréciable. On va faire la rencontre de personnages pour le moins détestables pour certains, et pour d’autres, admirables. Pour ce qui est du personnage principale, on découvre une héroïne qui n’a pas froid aux yeux et qui va jusqu’au bout de ses principes. Je me suis très vite attachée à Noï-Rah qui devient une femme forte au fur et à mesure des péripéties de son histoire.

En conclusion, j’ai vraiment adoré ce roman. En effet, l’auteur ne nous laisse pas le temps de respirer, on a toujours envie de découvrir ce qui ce passe les chapitres suivants. Le seul petit reproche que je pourrais faire à cet ouvrage c’est que j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire au début.

Pour ceux et celles qui cherchent un roman qui sort du lot, je vous conseille fortement ce livre qui pour moi, à su me transporter.

Publicités

Ash, tome 1 : Anguis Seductor Hominum de François Debois et Krystel

ash tome 1
Scénariste : François Debois
Illustrateur : Krystel
Édition : Soleil
Parution : 2010 (T.1)

Pages : 48
Synopsis : 
1850. Royaume de Bohème. Ash est libérée d’une prison souterraine où elle croupit depuis quatre siècles. Qui est-elle et pourquoi a-t-elle été enfermée ? La seule chose dont la jeune fille soit sûre, c’est que son origine est intimement liée à un secret très convoité : celui de la vie éternelle…
Mon avis : 
C’est en recherchant une BD pour le challenge du week-end à mille que je me suis naturellement tourné vers Ash. Nous nous retrouvons en 1850 entre la Bohême et la Silésie, où une jeune fille y sera enfermée depuis quatre siècles. Ayant un secret terrible et très convoité, Faust, un brillant scientifique, va partir à sa recherche afin d’entamer une expérience professionnelle.
J’ai trouvé le scénario incroyablement bien ficelé, en effet, François Debois nous plonge dans son histoire sombre et envoûtante avec beaucoup de facilité. De plus, Krystel va donner vie à l’histoire en accordant avec finesse et efficacité, son jeu d’ombre et de lumière. Pour ma part, cette jeune illustratrice a su faire ses preuves avec cette première bande-dessinée.
Pour moi, il s’agit d’un premier tome qui m’a donné tout de suite envie de passer au second. Je suis totalement tombé sous le charme du coup de crayon de Krystel et de l’histoire sombre et palpitante de François Debois.

Keleana, tome 1 : L’assassineuse de Sarah J. Maas

Keleana tome 1La Martinière jeunesse

2013, 503 pages

Synopsis :

Le royaume d’Adarlan, d’où toute magie a été bannie, est gouverné d’une main ferme par un roi tyrannique. Keleana, membre de la secte des Assassins et opposée au pouvoir du roi, est emprisonnée dans les mines de sel d’Endovier depuis plus d’un an. Pour gagner sa liberté, Keleana doit représenter le prince Dorian dans un tournoi à mort dont l’unique survivant devra servir le roi pendant 4 ans. Mais les concurrents, l’un après l’autre, sont éliminés de façon mystérieuse et Keleana sent son tour venir.
Manifestement, d’obscures forces magiques ressurgissent dans l’ombre de la cité et la jeune Assassineuse va devoir leur faire face… Heureusement, elle pourra compter sur l’aide de deux hommes : son entraîneur, le beau capitaine Chaol, et le prince Dorian en personne, qui sont tous deux tombés amoureux d’elle. Et dont les charmes ne la laissent pas indifférente…

Mon avis :

J’ai sorti ce livre de ma PAL dans le cadre du week-end à mille, en sachant pertinemment qu’il allait me plaire et effectivement, ma lecture c’est avérée plus qu’agréable !

On retrouve notre héroïne dans les mines d’Endovier, dans des conditions plus que déplorables et où elle y sera traitée telle une esclave. Mais un jour sa vie va basculer lorsque le prince héritier viendra à son encontre pour lui faire une proposition qui pourra à jamais, changer sa destinée.

J’ai trouvé que chaque personnage apporte une touche non négligeable à l’intrigue, même ceux auxquels on y pense le moins comme certains personnages secondaires qui, on s’en rendra compte bien plus tard, jouerons un rôle déterminant dans l’histoire.

Tournons nous un peu plus vers Keleana notre personnage principal. Je me suis très vite attachée à elle même si, au début, je l’ai trouvé très hautaine et arrogante mais au fur et à mesure qu’on en apprend sur son passé, on comprend très bien pourquoi. Ce que j’ai beaucoup aimé chez elle, c’est cette carapace qu’elle s’est forgée, elle ne se laisse jamais abattre, elle est intelligente, curieuse et réfléchie.

Moi qui n’aime pas les triangles amoureux, je me suis surprise à apprécier le trio Keleana/Chaol/Dorian. En effet, on ne retrouve pas le triangle amoureux classique. Comme je le disais auparavant, notre héroïne est très réfléchie et ne prends aucunes décisions sans y avoir bien pesé le pour et le contre.

Vous l’aurez compris, j’ai totalement adoré ce premier tome, on s’attache dès le départ aux personnages et l’auteur ne nous laisse pas un seul moment de répit, si bien que nous n’avons aucunement envie de lâcher le livre. L’auteur pose bien les bases de son univers dans le premier tome et j’ai hâte de m’y replonger !


Les Outrepasseurs, tome 1 : Les Héritiers

les outrepasseurs tome 1Gulf stream éditeur,

2014, 347 pages

Synopsis :

-Jure-moi fidélité et je te protégerai. Nous le ferons tous.

– Nous ?

– Les Outrepasseurs. Tous ceux qui portent la Marque. Regarde ces jeunes gens. Voilà ta seule famille, à présent. Vous combattrez ensemble. (Il baissa le ton de sa voix.) Nos adversaires ne s’arrêteront jamais. Les fés nous pourchassent depuis huit siècles. Une éternité pour nous. Un instant pour eux. »

Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat et découvre que l’attaque le visait personnellement. Emmené à Lion House, la résidence d’un mystérieux Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis des siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Les révélations de ces derniers vont changer le cours de sa vie…

Mon avis :

J’ai lu ce livre dans le cadre du challenge du week-end à mille (voir l’article ici). Je me demande bien pourquoi je ne l’ai pas sorti plus tôt de ma PAL celui-ci aussi ! Décidément,  je n’aurais eu que de bonnes lectures entre ce mois-ci et le mois dernier. Et autant vous précisez tout de suite que ce livre à été un coup de cœur pour moi.

Nous allons suivre Peter, un jeune homme plutôt banal, dont la vie va littéralement être bouleversée… Cela faisait déjà depuis une semaine que notre protagoniste se sentira suivi, mais tout laissait paraître qu’il se faisait des idées.  Un soir où il rentre chez lui pour annoncer impatiemment une bonne nouvelle à sa mère, rien ne se passera comme prévu.

Le début de  ce premier tome ne m’avait pas accroché au départ mais au bout d’une cinquantaines de pages, L’auteur m’a submergé dans son univers avec une très grande facilité. Cependant la suite des événements m’a complètement surprise ! En effet, Peter va se retrouver à faire un voyage dans le passé, à ses origines. Il va donc devenir spectateur de ses ancêtres autant que nous.

Je trouve que Cindy Van Wilder à pris un énorme risque en faisant de ce tome, un tome initiatique. On pourrait croire qu’on se lasserait facilement au fil des pages mais loin de là ! Elle ne nous laisse pas un seul temps mort et sa plume reste fluide du début à la fin. L’auteur a su faire de ce roman introductif, une très bonne explication des origines de la malédiction des Outrepasseurs. De plus, elle nous décrit cette période du passé avec un vocabulaire fidèle au contexte historique.

Dans ce premier tome où l’on ne parle que très peu du héros principal, j’ai trouvé le choix de l’auteur très judicieux de nous faire un voyage dans le temps pour comprendre un peu mieux son univers. Je ne vois comment on aurait pu commencer cette histoire autrement.

Je souhaiterais vous en dire davantage mais le mieux serait que vous découvriez cette petite pépite par vous-même…

N’hésitez pas à découvrir cette histoire palpitante, vous n’en serez pas déçu !!


Legend, tome 1 de Marie Lu

legendCastelmore,

2011, 280 pages

Synopsis :

June est un prodige. À quinze ans, elle fait partie de l’élite de son pays. Brillante et patriote, son avenir est assuré dans les hauts rangs de l’armée. Day est le criminel le plus recherché du territoire. Originaire des quartiers pauvres, il sévit depuis des années sans que les autorités parviennent à l’arrêter. Issus de deux mondes complètement opposés, June et Day n’ont aucune raison de se rencontrer… jusqu’au jour où le frère de June est assassiné. Persuadée que Day est responsable de ce crime, June va le traquer… Mais est-elle prête à découvrir la vérité ?

Mon avis :

En premier lieu je tenais à préciser que ce livre me faisait de l’œil depuis sa sortie… Je me le suis donc procuré assez rapidement mais hélas, je l’ai fait attendre un peu trop longtemps dans ma PAL… J’ai effectivement fais une très bonne découverte !

Nous alors suivre simultanément deux adolescents : June et Day. June qui est une jeune fille brillante, est accompagnée de son frère qui fait partie de l’armée. Ce dernier se fera tuer lors d’une opération de surveillance. Pendant ce temps, June se retrouve promu dans les hauts rangs de l’armée. Notre jeune protagoniste devra dès lors, retrouver son meurtrier. Tout laisse à croire qu’il s’agit de Day : un homme très recherché. Évidemment, rien ne se passe comme on le pense.

Marie Lu installe son univers parfaitement bien dès le début du livre. J’ai beaucoup apprécié le fait de passer d’un personnage à un autre pour avoir leur deux points de vues. Les personnages sont tous deux charismatiques et on s’attache à eux sans peine. L’auteur arrive à placer des revirements de situations très surprenants à travers son histoire, à tel point qu’elle captive son lecteur sans difficulté !

Les pages se sont tournées très facilement pour ma part, j’ai eu beaucoup de mal à lâcher le livre. Le tome 2 m’attends dans ma wishlist et j’espère pouvoir me replonger dans cette histoire très bientôt ! Pour tous ceux et celles qui aiment les dystopies, n’hésiter pas un seul instant, lancez-vous !


La voleuse de livres de Markus Zusak

la voleuse de livres Pocket Jeunesse

2005, 630 pages

Synopsis :

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s’est arrêtée. Est – ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret… Celui qui l’a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres…

Mon avis :

Cela faisait un moment maintenant que j’avais la Voleuse de livres dans ma pal et je me demande pourquoi je ne l’ai pas sorti plus tôt ! Habituellement, je me tourne vers d’autres genre mais c’est en voulant m’ouvrir à de nouveaux horizons que je me suis naturellement penchée vers celui-ci. C’est un roman qui a tellement été fort en émotions pour moi que je le qualifierait étant indispensable dans une bibliothèque.

L’histoire se déroule dans l’Allemagne nazie, durant la Seconde Guerre Mondiale, où l’on suit une petite fille du nom de Liesel à travers les yeux de la Mort. Et oui, chose surprenante, cette dernière jouera le rôle de narratrice tout au long de l’histoire ce qui donne une touche pour le moins très originale !

En effet, dès le début de l’histoire nous suivons Liesel, cette jeune fille de 9 ans, qui est en route pour sa nouvelle maison dans laquelle sa mère la laissera avec son frère car elle ne sera plus en mesure de s’occuper d’eux. C’est lors de ce voyage que Liesel rencontrera la Mort pour la première fois pour recueillir l’âme de son petit frère… Suite à ce premier bouleversement, elle commettra son premier vol de livre et rencontrera sa nouvelle famille Hans et Rosa Huberman.

Malgré l’ambiance dramatique de ce début d’histoire, notre héroïne va avoir un goût de la vie plus positif : en effet, Hans, son nouveau papa, lui apprendra la lire. Liesel fera aussi la rencontre de Rudy avec lequel elle fondera une amitié forte et durable. Il y aura aussi Max, le juif que sa nouvelle famille décidera de cacher dans leur sous sol. Sans compter l’école, les jeunesses hitlériennes, les autres vols qu’elle commettra, etc…

On découvrira que Liesel trouvera sa passion dans la lecture, une passion qui la fera grandir mais qui lui permettra aussi de se rendre compte du poids des mots sur les personnes qui l’entourent. Dans cette période de l’histoire où l’on brûle les livres et où chaque mot peut être détournés ou mal interprétés, nous nous rendons compte, en même temps que notre protagoniste, à quel point les mots prennent toute leur valeur et leur sens.

En bref, j’ai trouvé que Markus Zusak avait une plume puissante, il a su en faire un roman qui ne peut pas laisser son lecteur indifférent. Je ne regrette pas un seul instant ma lecture, pour ainsi dire, elle m’a littéralement bouleversée… C’est un roman que je recommande chaudement !


Challenge Week-end à 1000 #1

week-end à 10000

Le challenge week-end à 1000 est organisé par lilibouquine. Comme son nom l’indique, ce challenge consiste à lire 1000 pages durant un week-end.

Le challenge commence le vendredi 12 à 19h et se termine le dimanche 14 à 23h59.

Il s’agit de ma toute première participation et voici ma sélection :

  • Les Outrepasseurs, tome 1 : les héritiers de Cindy Van Wilder (347 pages)

les outrepasseursSynospsis :

Jure-moi fidélité et je te protégerai. Nous le ferons tous.

– Nous ?

– Les Outrepasseurs. Tous ceux qui portent la Marque. Regarde ces jeunes gens. Voilà ta seule famille, à présent. Vous combattrez ensemble. (Il baissa le ton de sa voix.) Nos adversaires ne s’arrêteront jamais. Les fés nous pourchassent depuis huit siècles. Une éternité pour nous. Un instant pour eux. »

Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat et découvre que l’attaque le visait personnellement. Emmené à Lion House, la résidence d’un mystérieux Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis des siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Les révélations de ces derniers vont changer le cours de sa vie…

  • Ash, tome 1 :Anguis Seductor Hominum (48 pages)

ash tome 1Synopsis :

1850. Royaume de Bohème. Ash est libérée d’une prison souterraine où elle croupit depuis quatre siècles. Qui est-elle et pourquoi a-t-elle été enfermée ? La seule chose dont la jeune fille soit sûre, c’est que son origine est intimement liée à un secret très convoité : celui de la vie éternelle…

  • Fille d’Hécate, tome 1 : La voie de la sorcière (138 pages)

fille d'hécateSynopsis :

Je croyais n’être qu’une étudiante ordinaire et sans doute trop renfermée. Et puis, il a eu cette expérience étrange, la découverte de mon don… Maintenant je dois apprendre à m’accomplir en tant que sorcière, développer mes pouvoirs et trouver ma place en ce monde. Tout aurait-été parfait s’il n’y avait pas eu ces cauchemars et ces malaises. Quelqu’un cherche à me nuire ! Mais qui pourrait bien me harceler ainsi ?
Et, pour ne rien arranger, j’ai aussi un mémoire à écrire pour valider ma dernière année de psycho. Ma vie n’est vraiment plus de tout repos ! »

Maëlys nous ouvre les portes d’un univers étrange et déroutant, celui de la Wicca. La quête spirituelle qui est sienne va l’exposer à des menaces insoupçonnées. Surtout que le destin pourrait bien placer sur son chemin, les clés qui l’aideront à résoudre les mystères d’une existence parsemée d’ombres… Car, une sorcière peut-elle s’épanouir coupée de ses racines, ignorante d’un passé dont pourrait dépendre l’avenir ?

  • Ce qu’il reste de moi, tome 1 : Hybride (347 pages)

ce qu'il reste de moiSynopsis :

Par le passé, tous naissaient avec deux âmes, aujourd’hui, un vaccin est chargé d’éliminer l’âme supplémentaire et rares sont ceux qui résistent. Addie et Eva ont résisté et sont la honte de leur famille. Normalement, à l’adolescence, un esprit prend le contrôle et fait disparaître l’autre… pas pour Addie et Eva. Eva est restée cachée dans ce corps qui n’est plus le sien.

  • Freaks’ Squeele, tome 4 : Succube pizza de Florent Maudoux (142 pages)

freaks' squeeleSynopsis :

Retrouvez Ombre, le loup-garou au grand cœur, Chance, la démonette facétieuse ou encore Xiong Mao, l’experte en castagne dans la course-poursuite la plus délirante et la plus longue jamais contée en occident ! Une nuit en enfer sur fond de hurlements bestiaux, de moteurs grondants et… du vrombissement d’un pédalo fou ! Chance va-t-elle retrouver sa terrible épée ? Vous le saurez en vous laissant glisser dans Succube Pizza, le quatrième épisode de Freaks’ Squeele.

J’ai hâte de commencer ce challenge ! Je mettrais mon bilan ici.

Bilan : Il y a eu un petit changement de programme, j’ai remplacé Ce qu’il reste de moi et Fille d’Hécate par Keleana, le tome 1 : l’Assassineuse (503 pages) et Ash le tome 2 : Faust. (48 pages).

Et j’ai atteins 1014 pages donc le challenge a été réussi !


Chroniques lunaires, tome 3 Cress de Marissa Meyer

Attention spoiler

Cress Pocket Jeunesse

2014, 657 pages

Synopsis :

Cinder et le capitaine Thorne se sont enfuis aux côtés de Scarlet et de Loup. Le groupe rebelle projette de renverser la reine Levana et son armée. Mais, le seul espoir de la résistance réside dans Cress, qui, emprisonnée dans un satellite depuis l’enfance avec ses écrans pour seule compagnie, est devenue un hacker imbattable. Malheureusement, la reine Levana a d’autres projets pour elle, et libérer la jeune fille pourrait bien leur coûter cher…

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à dire que j’étais tellement impatiente de retrouver Cinder et ses compagnons, que je n’est pas pu résister à l’acheter dès sa sortie… Et je n’en fût pas déçue ! Pour ce qui est de la couverture, je trouve qu’elle ne suit pas la continuité de ces prédécesseurs néanmoins je la trouve magnifique ! Encore une fois, la plume de Marissa Meyer m’a littéralement conquise, elle a su rallier tous les personnages des anciens tomes tout en incluant le personnage de Cress, chose qui n’est pas forcément simple lorsqu’on décide de destiner un protagoniste bien spécifique à chaque tome d’une saga.

Nous allons donc à la rencontre de Cress, et comme on peut le deviner à la couverture, elle vient de la réécriture du comte Raiponce. C’est un personnage pour le moins très attachante, Marissa nous donne une touche de douceur  à travers son nouveau personnage.  On nous la montre comme une jeune fille un peu naïve, mais aussi délicate et très rêveuse. Dans le comte principal nous la découvrant seule et enfermée dans une tour, ici nous la retrouvons…  Dans un satellite ! Ayant des compétences informatiques très élevées, elle complète parfaitement bien le groupe.

Dans ce tome riche en rebondissements, je n’est ressentis aucuns temps morts, l’action est au rendez-vous et j’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir Cinder, le capitaine Thorne, Scarlet, Iko et enfin le prince Kaï. On retrouve des personnages plus fouillés encore, mais aussi plus énigmatiques pour certains. J’apprécie tout particulièrement le fait que chaque personnage détient un caractère bien particulier et différent de chacun. Cinder va être aidée par ces compagnons pour maîtriser son don lunaire afin de comploter contre la reine Levana. Le conflit va se développer à l’échelle mondiale et de plus en plus de personnages vont y être impliqués.

Pour conclure, j’ai énormément aimé ce troisième tome, les pages se sont tournées très aisément, la plume de Marisssa Meyer à encore été très efficace pour ma part. J’ai vraiment hâte de découvrir la suite de cette saga ! Si vous avez aimé les tomes précédents, vous ne serez pas déçu de celui-ci.

À paraître en avril 2015 : Chroniques lunaires, tome 3,5 Levana


Saisons Païennes des Enfants de Walpurgis

Saisons Païennes
des Enfants de Walpurgis
Le Chat Noir
2012, 174 p.

saisonspaiennesprev

Synopsis

Les fêtes païennes se succèdent au rythme lent de la roue de l’année. Les rites se suivent, de l’éclosion de la Nature à la saison sombre, en passant par la maturité et l’abondance – puis la venue de ce miracle sans cesse répété : le renouveau. Aujourd’hui encore, ces agapes nous parlent des ravages des tempêtes et des frimas, de la peur de la Nuit, de l’émerveillement face à la Vie, de la passion charnelle qui réchauffe les âmes aussi bien que les corps.

Dans ces Saisons païennes, huit auteurs vous invitent à découvrir autant de célébrations, ainsi que les couleurs, les émotions et les enseignements qui les définissent. Chacune de leurs histoires, illustrées avec poésie et tendresse par Serafina, joue des symboles et de l’atmosphère appartenant à la fête qui l’a inspirée.

Liens familiaux et liens d’amour, mais aussi quête d’identité et soif d’acceptation par soi-même comme par les siens sont autant de questions qui se font écho d’un récit à l’autre. L’individu se transforme dans une alchimie sauvage et naturelle qui se réalise depuis l’enfance de l’humanité. Il évolue et se « dépasse », pourrait-on dire. Mais il n’est pas tant question d’aller au-dehors de soi que de chercher sa vérité en son âme et son esprit.

La Roue des Saisons résonne, au final, comme un voyage vers soi-même.

En découvrant les éditions du Chat Noir, j’avais envie de me plonger dans l’une de leurs anthologies Saisons Païennes. Les nouvelles de cette dernière nous amènent dans la roue des saisons et des événements astronomiques à travers huit fêtes païennes, huit auteurs différents et huit nouvelles diverses.

Nous débutons avec Les Danses de Samain de Céline Guillaume. Il s’agit ici de l’histoire d’une jeune sorcière dont son amour à sens unique fut un soldat qu’elle à soigné. L’auteur signe son histoire basée sur la déception, une histoire bien trop rapide à mon goût et une héroïne avec laquelle je n’est pas eu le temps de m’attacher.

Marianne Stern met en avant le seul héros masculin du recueil avec Noces sanguines au cœur des ténèbres. J’ai tout particulièrement aimé la plume efficace de cet auteur. On se met dans la peau du personnage dès le début, et l’intrigue suit une continuité parfaite.

Avec étincelle en moi, Vanessa Terral immisce le lecteur dans son roman l’Aube de la guerrière. L’auteur signe une nouvelle rythmée où nous rencontrons le personnage charismatique, Helena, une jeune Nephilim tourmentée entre ses deux natures. L’histoire m’ayant pas mal intriguée, je me procurerais très certainement l’Aube de la Guerrière, néanmoins j’ai trouvé que l’on s’égarait un peu du thème du recueil.

J’ai été charmée par Éclosion d’Angélique Ferreira, elle nous plonge dans son histoire avec beaucoup d’amour et de pudeur. On va y suivre Dana, un personnage fort attachant qui va devoir combattre la maladie en se rattachant aux traditions familiales païennes pour pouvoir donner la vie.

Stephane Soutoul nous entraîne avec brio dans Pour que l’histoire s’achève, une histoire profonde qui lie la sensualité avec l’érotisme. La protagoniste, Sellina, ayant toujours reniée ses origines, va devoir renouer avec son passer pour essayer de sauver son couple et gagner sa fertilité.

J’ai pris énormément de plaisir à suivre Morwenna dans Ce qui nous lie de Cécile Guillot, elle entremêle avec beaucoup de douceur et de poésie la naissance et la mort. Le personnage est très attachante et l’intrigue est intéressante.

Le recueil se termine avec L’offrande de l’été d’Ambre Dubois, j’ai encore une fois beaucoup apprécié cette nouvelle qui détient une intrigue fouillée et des personnages charismatiques. L’écriture de l’auteur étant fluide, le lecteur finit sur une note forte positive de ce recueil de nouvelles.

Saisons païennes a su m’apporter ce que je désirais : des lectures fluides, des personnages attachants, des intrigues originales et intéressantes, dans un univers bercé par les anciennes traditions païennes. Cette anthologie comprend quelques pépites, ce qui donne envie de suivre les auteurs dans d’autres récits. Cependant, le petit bémol que je pourrais trouver serait que certaines nouvelles ont été bien trop courtes à mon goût, et auraient méritées d’être approfondies.