Blog de chroniques littéraires

Articles tagués “Historique

Les enfants du volcan de Bernard Simonay

Les enfants du volcan

Editions France Loisirs

2008, 526 p.

Synopsis :

Noï-Rah, dont le nom signifie «Celle qui apporte la lumière», a dix ans et vit dans un village de pasteurs agriculteurs. A sa naissance, une prophétie a prédit qu’elle apporterait de profonds bouleversements dans l’existence des siens. Enlevée par les Korghs, les habitants du «pays inquiétant où les montagnes crachent le feu», elle va vivre de multiples aventures, affronter des ennemis impitoyables acharnés à sa perte, mais aussi rencontrer l’amour et la passion. Son intelligence lui permettra de faire d’extraordinaires découvertes, comme l’écriture. Son courage la poussera à prendre la défense des plus faibles face à la brutalité du terrible Rogh, le chef de la tribu des chasseurs. Mais, surtout, un lien étrange la reliera à un volcan, l’impressionnant Pa’hav, dont tous redoutent les colères. Cette relation singulière fera d’elle une femme hors du commun, appelée à devenir la mère d’une nation… Bernard Simonay met tout son talent de conteur au service de ce fascinant roman qui se déroule au pied de la chaîne des volcans d’Auvergne. Une plongée grandiose au coeur du néolithique.

Mon avis :

J’ai découvert cet auteur à travers ce roman et je n’en suis pas peu déçue. En effet, on évoque ici une période historique peu souvent évoquée dans le monde de la littérature : l’époque des premiers hommes.

On va y suivre Noï-Rah, une héroïne pour le moins fort charismatique. Elle devra faire face à une prophétie dont elle fait l’objet depuis sa naissance, ce qui créera des tensions au sein de son peuple.  Malgré les craintes et les menaces de différents personnages, notre héroïne devra prouver sa valeur à maintes reprises et subir l’humiliation et le déshonneur.

J’ai trouvé que les personnages avaient tous un caractère bien construits, ce qui est très appréciable. On va faire la rencontre de personnages pour le moins détestables pour certains, et pour d’autres, admirables. Pour ce qui est du personnage principale, on découvre une héroïne qui n’a pas froid aux yeux et qui va jusqu’au bout de ses principes. Je me suis très vite attachée à Noï-Rah qui devient une femme forte au fur et à mesure des péripéties de son histoire.

En conclusion, j’ai vraiment adoré ce roman. En effet, l’auteur ne nous laisse pas le temps de respirer, on a toujours envie de découvrir ce qui ce passe les chapitres suivants. Le seul petit reproche que je pourrais faire à cet ouvrage c’est que j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire au début.

Pour ceux et celles qui cherchent un roman qui sort du lot, je vous conseille fortement ce livre qui pour moi, à su me transporter.

Publicités

La voleuse de livres de Markus Zusak

la voleuse de livres Pocket Jeunesse

2005, 630 pages

Synopsis :

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s’est arrêtée. Est – ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret… Celui qui l’a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres…

Mon avis :

Cela faisait un moment maintenant que j’avais la Voleuse de livres dans ma pal et je me demande pourquoi je ne l’ai pas sorti plus tôt ! Habituellement, je me tourne vers d’autres genre mais c’est en voulant m’ouvrir à de nouveaux horizons que je me suis naturellement penchée vers celui-ci. C’est un roman qui a tellement été fort en émotions pour moi que je le qualifierait étant indispensable dans une bibliothèque.

L’histoire se déroule dans l’Allemagne nazie, durant la Seconde Guerre Mondiale, où l’on suit une petite fille du nom de Liesel à travers les yeux de la Mort. Et oui, chose surprenante, cette dernière jouera le rôle de narratrice tout au long de l’histoire ce qui donne une touche pour le moins très originale !

En effet, dès le début de l’histoire nous suivons Liesel, cette jeune fille de 9 ans, qui est en route pour sa nouvelle maison dans laquelle sa mère la laissera avec son frère car elle ne sera plus en mesure de s’occuper d’eux. C’est lors de ce voyage que Liesel rencontrera la Mort pour la première fois pour recueillir l’âme de son petit frère… Suite à ce premier bouleversement, elle commettra son premier vol de livre et rencontrera sa nouvelle famille Hans et Rosa Huberman.

Malgré l’ambiance dramatique de ce début d’histoire, notre héroïne va avoir un goût de la vie plus positif : en effet, Hans, son nouveau papa, lui apprendra la lire. Liesel fera aussi la rencontre de Rudy avec lequel elle fondera une amitié forte et durable. Il y aura aussi Max, le juif que sa nouvelle famille décidera de cacher dans leur sous sol. Sans compter l’école, les jeunesses hitlériennes, les autres vols qu’elle commettra, etc…

On découvrira que Liesel trouvera sa passion dans la lecture, une passion qui la fera grandir mais qui lui permettra aussi de se rendre compte du poids des mots sur les personnes qui l’entourent. Dans cette période de l’histoire où l’on brûle les livres et où chaque mot peut être détournés ou mal interprétés, nous nous rendons compte, en même temps que notre protagoniste, à quel point les mots prennent toute leur valeur et leur sens.

En bref, j’ai trouvé que Markus Zusak avait une plume puissante, il a su en faire un roman qui ne peut pas laisser son lecteur indifférent. Je ne regrette pas un seul instant ma lecture, pour ainsi dire, elle m’a littéralement bouleversée… C’est un roman que je recommande chaudement !