Blog de chroniques littéraires

Articles tagués “Pocket jeunesse

La voleuse de livres de Markus Zusak

la voleuse de livres Pocket Jeunesse

2005, 630 pages

Synopsis :

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s’est arrêtée. Est – ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret… Celui qui l’a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres…

Mon avis :

Cela faisait un moment maintenant que j’avais la Voleuse de livres dans ma pal et je me demande pourquoi je ne l’ai pas sorti plus tôt ! Habituellement, je me tourne vers d’autres genre mais c’est en voulant m’ouvrir à de nouveaux horizons que je me suis naturellement penchée vers celui-ci. C’est un roman qui a tellement été fort en émotions pour moi que je le qualifierait étant indispensable dans une bibliothèque.

L’histoire se déroule dans l’Allemagne nazie, durant la Seconde Guerre Mondiale, où l’on suit une petite fille du nom de Liesel à travers les yeux de la Mort. Et oui, chose surprenante, cette dernière jouera le rôle de narratrice tout au long de l’histoire ce qui donne une touche pour le moins très originale !

En effet, dès le début de l’histoire nous suivons Liesel, cette jeune fille de 9 ans, qui est en route pour sa nouvelle maison dans laquelle sa mère la laissera avec son frère car elle ne sera plus en mesure de s’occuper d’eux. C’est lors de ce voyage que Liesel rencontrera la Mort pour la première fois pour recueillir l’âme de son petit frère… Suite à ce premier bouleversement, elle commettra son premier vol de livre et rencontrera sa nouvelle famille Hans et Rosa Huberman.

Malgré l’ambiance dramatique de ce début d’histoire, notre héroïne va avoir un goût de la vie plus positif : en effet, Hans, son nouveau papa, lui apprendra la lire. Liesel fera aussi la rencontre de Rudy avec lequel elle fondera une amitié forte et durable. Il y aura aussi Max, le juif que sa nouvelle famille décidera de cacher dans leur sous sol. Sans compter l’école, les jeunesses hitlériennes, les autres vols qu’elle commettra, etc…

On découvrira que Liesel trouvera sa passion dans la lecture, une passion qui la fera grandir mais qui lui permettra aussi de se rendre compte du poids des mots sur les personnes qui l’entourent. Dans cette période de l’histoire où l’on brûle les livres et où chaque mot peut être détournés ou mal interprétés, nous nous rendons compte, en même temps que notre protagoniste, à quel point les mots prennent toute leur valeur et leur sens.

En bref, j’ai trouvé que Markus Zusak avait une plume puissante, il a su en faire un roman qui ne peut pas laisser son lecteur indifférent. Je ne regrette pas un seul instant ma lecture, pour ainsi dire, elle m’a littéralement bouleversée… C’est un roman que je recommande chaudement !